Comparaison entres races

Comparaison Angora turc, norvégien, maine coon

Combien de fois en expo j'ai eu ce genre de situation

Visiteurs:"oh il a quel âge votre maine coon , 6 mois ???

Moi:"c'est un angora turc et il a 2 ans !"

C'est donc pour ça que j'avais envie de créer une petite fiche ou on voit les différences, que ce soit au niveau du corps, de la tête , du profil entre ces races !


LEGENDE:

Norvégien en vert, sur les photos , 1ère photo

Angora turc en bleu, sur les photos, 2ème photo

Maine coon en orange, sur les photos, 3ème photo

 


 

TÊTES

Tête du norvégien : de taille moyenne, la tête forme un triangle équilatéral. Le front, légèrement arrondi, est suivi d’un nez droit, sans incurvation ni stop.

Tête de l'angora turc : de taille petite à moyenne par rapport au corps, la tête vue de face forme un triangle adouci. De profil, on voit deux lignes droites. La première va du dessus de la tête jusqu’aux yeux et forme le crâne et le front. La seconde qui prolonge la première va des yeux jusqu’au bout du nez. Ces deux lignes ne doivent pas être en continuité l’une de l’autre mais forment un angle très ouvert au niveau des yeux.

Tête du maine coon : De taille moyenne, typiquement cunéiforme. Front légèrement bombé. Légère courbe concave de profil. Pommettes hautes et proéminentes. Nez large, parfois légèrement bombé à l'extrémité. Menton ferme. Mâchoires puissantes, assez longues.

 


 

MUSEAUX

Museau du norvégien : le museau suit les lignes de la tête, sans pinch. Le menton est ferme

Museau de l'angora turc : à peine arrondi, le museau termine le triangle formé par la tête, sans pinch. Le menton est ferme.

Museau du maine coon : anguleux, le museau vu de face est carré. De profil, il peut paraître rectangulaire et n’est jamais ni pointu ni étroit. Le nez, les lèvres et la pointe du menton sont alignés sur la même verticale renforçant l’impression « carrée » du museau. Le menton est ferme et fort. L’équilibre des proportions entre la tête et la longueur du museau est essentiel.


YEUX:

Yeux du norvégien : grands, en amande, les yeux sont placés légèrement en oblique et donnent au chat une expression alerte et éveillée. Toutes les couleurs d'yeux sont autorisées quelle que soit celle de la robe.

Yeux de l'angora turc: grands, en forme d’amande, les yeux sont placés légèrement de biais. La couleur des yeux doit correspondre avec celle de la robe.

Yeux du maine coon : grands, légèrement ovales et bien espacés l’un de l’autre, les yeux sont implantés en oblique mais peuvent apparaître ronds quand le chat est attentif. Toutes les nuances de vert, de doré, de cuivre ou de jaune sont acceptées sans qu’il y ait de relation entre la couleur des yeux et celle de la robe. Les yeux bleus ou impairs sont acceptés chez les chats blancs.

 


 

OREILLES:

Oreilles du norvégien : de taille moyenne à grande, les oreilles sont bien ouvertes à la base, légèrement pointues au bout et placées dans le prolongement du triangle. Vu de profil, elles sont dirigées vers l’avant. Les «lynx tips» (plumets) sont souhaitables mais pas obligatoires. La fourrure interne des oreilles s'étend jusqu'au coin externe de celles-ci.

Oreilles de l'angora turc : grandes, larges à la base, les oreilles sont placées haut sur la tête et de manière verticale. Légèrement pointues à l’extrémité, elles sont bien fournies.

Oreilles du maine coon: grandes, larges à la base, placées haut sur la tête, les oreilles sont séparées l’une de l’autre par un espace équivalent à la largeur de la base d’une oreille. Modérément pointues, elles sont très légèrement inclinées vers l’extérieur. Elles sont bien fournies et des plumets (lynx tips) sont souhaitables.


ENCOLURE:

Encolure du norvégien: bien musclée, l’encolure est de taille moyenne.

Encolure de l'angora turc : assez longue, l’encolure est mince et gracieuse.

Encolure du maine coon:  de taille moyenne, l’encolure est bien musclée.

 


 

CORPS

Corps du norvégien : de format long et substantiel, le corps est assez long et massif, avec une ossature robuste et une poitrine pleine et large.

Corps de l'angora turc: de format foreign, le corps est long, fin et musclé. La poitrine est étroite et les épaules sont aussi larges que les hanches. La musculature est ferme et attachée sur une ossature fine.

Corps du maine coon: de format long et substantiel, le corps est de taille moyenne à grande, bien musclé, avec une poitrine large. De forme rectangulaire, il ne doit cependant montrer aucune exagération qui viendrait nuire à l’équilibre général.


PATTES:

Pattes du norvégien :assez hautes par rapport au corps, elles sont très musclées et ont une ossature solide. Vu de l’arrière, les pattes sont parallèles. Les postérieurs sont plus hauts que les antérieurs.

Pattes de l'angora turc : longues, les pattes postérieures étant plus longues que les antérieures.

Pattes du maine coon:solides, avec une musculature puissante et une ossature substantielle, les pattes sont moyennement hautes, ce qui renforce l’apparence rectangulaire du corps. Le poitrail est large entre les pattes avant.

 


 

PIEDS:

Pieds  du norvégien : grands et ronds, ils ont des touffes de poils entre les doigts.

Pieds de l'angora turc:longues, les pattes postérieures étant plus longues que les antérieures.

Pieds du maine coon:grands et ronds, avec cinq doigts à l’avant et quatre à l’arrière, les pieds présentent une importante pilosité interdigitale.


QUEUE:

Queue   du norvégien :longue, épaisse à la base et bien fournie, elle est idéalement aussi longue que le corps, c’est-à-dire qu’elle peut remonter jusqu’aux épaules.

Queue de l'angora turc : large à la base, la queue est longue et va en s’effilant. Elle est toujours bien fournie et portée en panache comme une plume d’autruche.

Queue   du maine coon:longue, la queue doit idéalement atteindre la base de l’omoplate. Large à la base, elle est particulièrement bien fournie de poils longs qui forment des mèches souples et se termine en pointe.

 


 

ROBE ET TEXTURE:

Robe et texture du norvégien : la robe est double. Elle est constituée d'un sous-poil laineux donnant une impression de lourdeur et de profondeur recouvert par de longs poils de couverture imperméables et lustrés. Le poil de couverture est d’une texture un peu huileuse. Il est plus court sur les épaules et va en s’allongeant progressivement.
La collerette est composée de longs favoris qui partent de l’arrière des oreilles et d’un jabot très fourni. Les culottes sont volumineuses. La collerette et les culottes sont composées de poil laineux uniquement.
La longueur de la fourrure et la densité du sous-poil varient avec les saisons et une robe nettement plus courte en été ne doit pas être pénalisée en jugement. Le poil de couverture ne se développe pas avant l’âge de six mois chez les chatons. La qualité de la fourrure est beaucoup plus importante que la couleur.

Robe et Texture de l'angora turc : mi-longue, la fourrure est soyeuse et fine, avec peu de sous-poil. Brillante et vaporeuse, elle est plus longue au niveau de la collerette, des culottes, sous le ventre et sur la queue. La fourrure peut présenter de légères frisures sous le ventre. Il existe des variations saisonnières notables.

Robe et texture du maine coon :courte et irrégulière sur les épaules, la fourrure s’allonge graduellement sur les flancs pour atteindre sa pleine longueur sur le ventre et les culottes. Recherchée sous la gorge, la collerette ne s’étend pas sur la poitrine. La texture est soyeuse tout en ayant de la tenue et tombe naturellement de chaque côté du corps. Le sous-poil est fin.
La longueur de la fourrure et la densité du sous-poil varient avec les saisons et une robe nettement plus courte en été ne doit pas être pénalisée en jugement.

 


 

Origines du norvégien:

Les chats seraient arrivés de l'Europe du sud et ont été sélectionnés naturellement par les rudes conditions climatiques de la Norvège : ceux ayant la meilleure capacité d'adaptation en développant la fourrure la plus épaisse ont survécu. Le norvégien se différencie des autres races par le fait qu'il n'est pas le produit d'une sélection poussée mais bien parce qu'il est le résultat d'une évolution naturelle que les éleveurs se contentent de réguler, d'où une harmonie certaine dans son type. Le norvégien fait partie de l'histoire de la Scandinavie.

Certains auteurs supposent que le norvégien a été ramené des abords de la mer Caspienne par les Vikings vers le VIIIe siècle, à des fins de dératisation.

Origines de l'angora turc

Ce chat est connu en Orient depuis plus de 1000 ans. Il est le premier chat à poil long arrivé en Europe. Le nom de ce chat provient de l'ancien nom de la capitale de la Turquie, appelée aujourd’hui Ankara.

Au XVIIe siècle (aux environs de 1620), l'explorateur italien Pietro Della Valle ramena quelques chats de Turquie dans son pays, mais contrairement à ce qu'on pourrait penser, ce chat ne provient pas que de Turquie : en effet, à cette époque, certains sont aussi originaires de Syrie et d'Iran.

Ce chat est dès lors très apprécié de toute l'aristocratie européenne et, notamment en France, à la cour de Louis XV. Ainsi, de grands auteurs parlent de lui : Linné, pour le distinguer du chat domestique et du chartreux, lui donne le nom de Cattus angorensis, et Buffon, célèbre naturaliste, décrit dans son Histoire naturelle : "le chat d'angora tout blanc et à longs poils".

Cependant au XIXe siècle, il donne naissance au persan, auquel il transmet le gène responsable du poil long. Malheureusement, il est victime du grand succès de ce dernier. Il manqua ainsi de disparaître, et fut même en voie d'extinction après la Seconde Guerre mondiale. C'est alors que des éleveurs en Europe et aux États-Unis décidèrent d'importer des angoras turcs de Turquie, où la race est actuellement protégée. On retrouve parmi ces chats importés, et ancêtres de nos angoras turcs, les chats Yildiz et Yildizcik provenant du zoo d'Ankara.

Dans les années 1970, cette race connut un véritable essor. Concrétisant cela, la CFA enregistra les premiers sujets en 1970, et reconnut la race en 1973, ce que la FIFé fit en 1988. Cependant cette lignée reste relativement rare et peu connue de nos jours.

Origines du maine coon:

La légende veut que le maine coon soit issu d'un croisement avec un raton laveur.Le maine coon est probablement l'une des plus anciennes races naturelles nord-américaine. Plusieurs légendes décrivent les origines de la race. La plus répandue raconte que le maine coon est le fruit d'un croisement entre des chats et des ratons laveurs (raccoon en anglais), ce qui expliquerait leur couleur (la plus répandue est le brown tabby, c'est-à-dire tigré brun) et leur queue très touffue. Bien sûr, il est génétiquement impossible de réaliser un tel croisement mais la race garde de cette légende son nom.

La deuxième avance que le maine coon est un descendant des six chats angoras envoyés par Marie-Antoinette d'Autriche alors qu'elle préparait sa fuite pour échapper à la Révolution française. Ces angoras auraient été amenés sur le bateau Sally du capitaine Samuel Clough de Wiscasset avec les autres effets personnels de la reine. Les angoras se seraient ensuite mêlés aux chats de ferme locaux pour donner naissance au maine coon.

Une autre théorie avance que la race s'est développée à partir de croisements entre des chats de ferme locaux et d'autres chats à poils longs ou mi-longs importés d'abord par les Vikings[4] aux alentours de l'an 1000. Le maine coon descendrait alors du chat des forêts norvégiennes, ce qui expliquerait leur ressemblance. Cette hypothèse est appuyée par la ressemblance entre turc de van, sibériens, norvégiens et enfin maine coons dont les origines géographiques correspondent aux déplacements des Viking. Cette ressemblance avec le norvégien peut aussi s’expliquer par le fait que le climat hivernal de la Nouvelle-Angleterre et de la Norvège sont identiques et auraient donc conduits à sélectionner les mêmes spécificités physiques.

Au XIXe siècle, Mme Pierce, une des premières propriétaires de maine coon a également émis l'hypothèse que ces chats étaient arrivés sur les côtes du Maine par la mer, mais pas grâce aux Vikings, plutôt par les riches familles du Maine qui possédaient alors de luxueux bateaux et voyageaient beaucoup. Ils auraient ramenés de leurs expéditions de nombreux animaux de compagnie exotiques, notamment pour amuser les enfants. La deuxième hypothèse de Mme Pierce était que des chats angoras furent embarqués à bord des bateaux marchands pour chasser les rats. Dans les deux cas, ils auraient débarqués sur la côte Est et se seraient mélangés aux chats locaux à poils courts

Une autre possibilité est qu'ils aient été importés par les immigrants européens et aient su s'adapter aux conditions de vie et au climat difficile de la région.


 


 

Un grand merci aux eleveurs pour leur aide 

Norvégien

http://www.chatalans.com/

Florence : http://leschats-nosamis.forumactif.com

Angora turc

http://www.angoramour.fr/

http://www.angoras-turcs.fr.gd/

Maine coon

http://caractesia.com/

http://www.coonie.ch/

 

SOURCES: LOOF et WIKIPEDIA

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×